banner

Blog

Aug 04, 2023

Le « kill switch » du contrat intelligent de la loi européenne sur les données suscite l’incertitude

Les législateurs européens sont parvenus à un consensus politique sur la loi sur les données qui prévoit un « kill switch » pour les contrats intelligents, provoquant un tollé dans la communauté crypto.

Le 28 juin, le Conseil européen et le Parlement sont parvenus à un consensus politique sur la loi sur les données, qui rapproche la législation relative aux données non personnelles de sa concrétisation.

Thierry Breton, commissaire de l'Union européenne chargé du marché intérieur, a qualifié l'accord dans un post X de « jalon dans la refonte de l'espace numérique ».

Un autre accord !⁰L'accord de ce soir sur le #DataAct est une étape importante dans la refonte de l'espace numérique. Grâce au travail rapide du PE @delcastillop et de la présidence du Conseil, nous sommes sur la voie d'une économie de données florissante, innovante et ouverte - sur nos conditions. pic.twitter.com/vTWUU8xTx9

La loi sur les données complète la loi sur la gouvernance des données de novembre 2020 en précisant qui peut créer de la valeur à partir des données et sous quelles conditions. Elle découle de la stratégie européenne pour les données, annoncée en février 2020, qui vise également à positionner l’UE comme un pionnier en matière de réglementation à l’ère d’une société axée sur les données.

Le Data Act fait partie de la stratégie plus large en matière de données de la Commission européenne visant à faire de l'Europe un leader mondial dans l'économie agile des données. En termes simples, la loi sur les données propose de nouvelles règles définissant qui peut accéder et utiliser les données générées dans l'UE dans tous les secteurs économiques.

Pour que la loi sur les données devienne loi, elle doit être approuvée par un vote du Parlement européen et du Conseil, qui représentent les 27 États membres du bloc. Et encore une fois, comme pour la réglementation Markets in Crypto-Assets (MiCA), le secteur de la cryptographie est confronté à un défi majeur. Le problème soulevé par la nouvelle loi européenne sur les données pourrait modifier définitivement l’utilisation des contrats intelligents dans l’Espace économique européen (EEE) – et pas pour le mieux.

La communauté blockchain est largement préoccupée par une disposition de la loi sur les données, à savoir que les accords de partage automatisé de données contiennent un « kill switch » par lequel ils pourraient être résiliés ou interrompus en cas de faille de sécurité.

De nombreux experts en blockchain affirment que la définition actuelle des contrats intelligents dans le Data Act est large, craignant qu'elle puisse entraîner des conséquences inattendues pour les contrats intelligents existants sur les blockchains publiques. Par exemple, le texte de la loi à venir ne fait pas de distinction entre les seuls contrats numériques et les contrats intelligents utilisant la technologie des registres distribués.

Mais surtout, la loi sur les données ne donne apparemment pas de détails clairs sur les conditions dans lesquelles une interruption sécurisée ou un coupe-circuit d'interruption devrait se produire, et il est difficile de prédire les résultats potentiels avec un degré de certitude plus élevé. L’architecture des contrats intelligents ne permet souvent pas la résiliation ou l’interruption, car la technologie blockchain est louée pour être immuable et irréversible.

Récent : les escroqueries crypto P2P en Inde montrent qu’une éducation aux actifs numériques est nécessaire

Le Data Act ne dit pas non plus exactement ce qu'est un « accord de partage de données », et il n'explique pas si les contrats intelligents actuellement omniprésents dans les applications Web3 suivent ce type d'accords.

"De par leur conception, la plupart des contrats intelligents n'offrent pas de fonctionnalité de résiliation ou d'interruption et ne peuvent souvent pas être mis à niveau pour garantir des niveaux plus élevés de protection contre les comportements abusifs", a déclaré Marina Markežič, directrice exécutive et co-fondatrice de European Crypto Initiative, à Cointelegraph. .

« Le problème serait de savoir si la portée de l’article 30 devait être étendue au-delà de l’application des contrats intelligents dans ce contexte étroitement défini et sur les réseaux publics sans autorisation. Il devient non seulement problématique mais presque impossible pour de tels protocoles de se conformer », a déclaré à Cointelegraph Erwin Voloder, responsable de la politique de l’Association européenne de la blockchain.

Selon Voloder, une autre préoccupation est de savoir si ces règles pourraient se répercuter sur la finance décentralisée (DeFi). "Comme nous n'avons pas de réglementation DeFi, c'est une question à laquelle il faudra répondre au cours des 18 prochains mois alors que la CE prépare sa position sur DeFi."

PARTAGER